Tous nos transporteurs assurent la livraison ✅

LE FIST, UNE PRATIQUE COURANTE ? SEPT FILLES TÉMOIGNENT

LE FIST, UNE PRATIQUE COURANTE ? SEPT FILLES TÉMOIGNENT

Le fisting est souvent mal compris, car considéré comme trop dur pour la sexualité "quotidienne". Il est difficile de considérer qu'il s'agit d'une pratique répandue, en particulier dans l'érotisme lesbien et queer. Par conséquent, il semblait raisonnable de se demander si nos lecteurs le pratiquaient ou non.

Témoignages.

Tendance psychiatrique ou simplement physique ? C'est indéniablement un état mental qui permet d'accepter un poing complet dans son ouverture vaginale. Mais, en termes de spécificités, qu'est-ce que le fist ? Pourquoi faites-vous du fisting ? Et, surtout, qu'est-ce que cela apporte ? Sept jeunes femmes partagent leurs expériences :

Ismène : Merci, Ismène "J'avais 19 ans lorsque j'ai placé pour la première fois ma main, ou plutôt mon poignet - pour ne pas dire mon bras - dans la dame avec qui j'étais. Le fisting me semblait plus proche de l'accouchement d'un veau que de procurer du plaisir à ma "partenaire", et j'étais résolu à ne jamais exécuter un comportement sexuel qui me dégoûtait plus qu'il ne me plaisait au premier abord. MAIS. je me suis dit, dans le feu de l'action, surtout avec les petits yeux suppliants de la fille qui m'enthousiasmait tant (ainsi qu'avec les deux bouteilles de vin blanc que j'avais ingurgitées) : "Qu'est-ce qui t'arrête ? J'en ai un souvenir vif et amusant. La fille qui m'a montré comment faire dans le feu de l'action l'a comparé à un super-héros de Marvel aux griffes puissantes : "Fais comme lui une fois que tu es dedans ! Inutile de dire que j'étais plus préoccupé par l'envoi de la blague par SMS à l'un de mes amis que par la pratique de la chiromancie... Heureusement, je n'ai pas la tête à ça et j'ai abordé la mission avec une sérieuse grimace. Personnellement, je ne me suis pas trop énervé, à part un petit moment où j'ai vu cette nana gémir de plus en plus, mais c'est tout. Il n'y a pas eu d'épiphanie sexuelle miraculeuse, pas d'orgasme partagé, juste une expérience humide et satisfaisante. Je ne me vois pas pousser la femme avec qui je sors à se faire fister vaginalement à l'avenir. Je n'ai pas été consterné par l'événement, mais ce n'est pas quelque chose que je souhaite reproduire dans ma vie personnelle aujourd'hui. Bon, si ma "femme" veut ramasser mon petit poignet avec ou sans gants Mappa après ça, c'est bon. Je sais aussi donner de moi-même sans me sentir obligée..."


Laura, je dis "Je n'ai jamais donné de fist à une femme car c'est quelque chose que je n'aime pas faire. Je ne vais pas toujours en profondeur quand je doigte une femme ; j'aime plutôt "jouer", étudier et observer les émotions de l'autre... On ne voit rien quand on fait un Fist ! Cependant, aussi bizarre que cela puisse paraître, j'aime quand quelqu'un me le fait sans le vouloir. En fait, ce qui est excitant, c'est de ne pas voir et comprendre tout ce qui se passe, mais plutôt de se laisser aller aux sentiments... Je crois qu'il y a aussi un peu de culpabilité, mais c'est une sale honte. Alors voilà, votre amant est occupé à vous caresser et à vous tripoter tout en vous fixant profondément dans les yeux, et cela progresse progressivement ; je n'ai pas besoin de lubrification si je suis vraiment excitée. Ce que j'apprécie dans cette pièce, c'est l'incertitude et la méconnaissance de ce que font les mains : où sommes-nous ? Qu'est-ce qui a déjà été inséré ? Qu'y a-t-il d'autre à dire que non ? Pourtant, bien sûr ! Le concept de "partage" de cette partition me séduit également. Le pénétrateur n'est pas le seul à profiter du voyage. On a l'impression d'être dans une aventure, d'être vraiment proche et de participer. En termes de sensations, je trouve que c'est très charnel... J'ai rarement un orgasme "vaginal", et s'insérer ne me gêne absolument pas ! Quand je "fais le fist", tout mon corps est en apesanteur, j'ai chaud, je rougis de la tête aux pieds. Je me perds de vue, c'est l'intensité qui m'atteint... Puis, lorsque j'ai terminé, je retire doucement la main de mon partenaire et j'étouffe... Ensuite, on a envie de fondre avec l'autre, on lui offre une énorme et puissante étreinte, on se sent doucement reprendre le contrôle, et c'est magique.

Sophie, je remarque : "Je ne sais pas si je dois dire "je pratique" ou "j'ai pratiqué". Je vais très certainement m'entraîner à nouveau. Enfin, dans tous les sens du terme, le fist est quelque chose de spécial pour moi. C'est une expérience et une émotion puissantes, et j'ai été choqué que l'on puisse en profiter autant de cette manière, mais c'est difficile à gérer émotionnellement, physiquement et mentalement. Quand j'y pense, j'éprouve un sentiment mitigé de désir et d'anxiété, malgré le fait que j'ai passé un bon moment. Cela nécessite mon dépassement de soi, cela ne va pas de soi. Un travail de grande confiance et de lâcher prise".

Sonia : Je suis Sonia "Au cours de ma troisième expérience sexuelle, j'ai été exposée pour la première fois au fist... C'est arrivé sans prévenir, plutôt par "essai et erreur", si je puis dire. Mon compagnon n'était pas novice, mais moi oui (à l'époque, c'était un homme, plus âgé que moi). La première fois a été assez douloureuse, mais j'ai tout de suite apprécié le sentiment de propriété, que je trouvais plutôt intense à l'époque. Quand j'étais plus jeune, j'étais une "douleur à jouir", et c'était l'une des rares façons d'atteindre l'orgasme. En vérité, je me suis découvert sexuellement avec le temps et l'expérience, mais le fistreste la technique qui m'offre le plaisir le plus violent et physique. C'est pourquoi, avec tous mes amants, hommes et femmes confondus, j'ai toujours utilisé le fist. Je me suis rendu compte que j'étais une fontaine grâce au fist. Je n'ai été qu'un récepteur pendant des années jusqu'au jour où je me suis retrouvé parmi les femmes. Je comprends la puissance de cette technique en tant que receveur, et j'ai toujours été très attentif aux émotions des femmes à qui j'ai donné. Il n'y a pas d'exercice plus puissant de la possession de l'autre, à la fois en tant que donneur et en tant que receveur, que celui-ci, à mon avis."

Carine : Je suis Carine "Parce que j'ai un physique tellement massif et large, mon vagin est clairement proportionné à ce corps, et je peux y loger des trucs très énormes. L'année dernière, alors que j'apprenais le SM avec mon ex, j'ai essayé pour la première fois, et j'ai été instantanément attirée par les sensations un peu excessives. Cela s'est passé très simplement : nous faisions l'amour, et je voulais en avoir plus, être totalement rempli, alors je l'ai poussée à enfoncer toute sa main, ce qu'elle a fait sans problème. Les sensations étaient différentes de tout ce que j'avais ressenti auparavant, et je crois que c'est l'une des choses qui me fait ressentir le plus d'émotions. Je ne suis qu'un receveur pour deux raisons : premièrement, il faut être capable de le supporter physiquement, et deuxièmement, je suis souvent attiré par les femmes qui n'aiment pas la pénétration (malgré moi). J'ai observé que je donne des coups de fist de temps en temps ; parfois j'ai simplement envie de le faire ; parfois je suis dans des phases d'activité hypersexuelle et "la seule façon de me calmer" est de donner des coups de fist; et parfois je m'arrête. Même si c'est fait en douceur, c'est toujours extrêmement intense, et je suis incapable de le faire quotidiennement. Ce que j'apprécie le plus dans cette technique, c'est qu'elle me semble hyper-intime, bien plus qu'une fellation. Accepter de laisser ma copine me faire ça, c'est admettre que je lui fais entièrement confiance, cela nécessite aussi de la douceur, de l'attention à l'autre et une gestion efficace de la douleur. Il n'est pas toujours simple de révéler un tel souhait à l'autre personne. Après cela, je ne peux pas faire de comparaisons fantastiques puisque je n'ai pas essayé un milliard d'autres pratiques sexuelles, mais celle-ci est l'une de mes préférées.

Sarah, je dis : "J'ai commencé il y a peu de temps avec une fille qui n'était pas sûre (malheureusement, je l'ai découvert plus tard) et qui voulait vraiment me fister mais n'a pas pris assez de temps, alors elle a poussé un peu... Je l'ai refait plus tard avec une autre charmante dame, et c'était fantastique ! Il est essentiel que le receveur soit à l'aise, volontaire (cela peut sembler évident, mais il est important de s'en souvenir) et qu'il fasse confiance à son partenaire. Pour éviter d'éventuelles blessures, n'oubliez pas d'utiliser beaucoup de lubrifiant, d'y aller lentement et de ne pas forcer la pénétration vaginale. Sinon, c'est une sensation bizarre, l'un de mes orgasmes les plus intenses et les plus puissants. Je pense également qu'il ne convient pas à toutes les morphologies ; une femme ou un homme trans ayant une ouverture vaginale étroite ne pourra pas le faire. En tant que donneur, c'est aussi une sensation étrange, très intime, qui s'apparente à une relation profonde (pour ainsi dire), et très intense. C'est tellement bon (si la fille ou l'homme trans aime ça) que je peux prendre mon pied en fistant ou en pénétrant une fille. J'aime la pénétration, et je me suis toujours demandé ce que l'on ressent quand elle est pratiquée avec soin et en toute sécurité. Cependant, un inconvénient important est que nous n'avons jamais utilisé de protection. Nous avons essayé de porter des gants de pénétration, mais nous avons tout de suite bandé, malgré le fait que nous nous soyons bien nettoyés les mains avant et que nous ayons appliqué beaucoup de lubrifiant. Si vous et votre conjoint(e) voulez tous les deux le faire, je vous suggère fortement d'aller de l'avant et de le faire ; c'est une expérience excitante ! Prenez votre temps et allez-y doucement, doigt par doigt, jusqu'à atteindre votre poignet sans le reconnaître.

Marion : Je suis Marion "Je me souviens d'une occasion inoubliable où j'étais avec une femme sexuellement libre (comme moi) et nous l'avons fait en plein jour, devant un miroir. C'est moi qui "recevais", et c'était fantastique. C'était une combinaison de découverte de soi et de voyeurisme (regarder dans le miroir). Et j'ai eu la sensation d'être complètement à l'aise avec mon physique et mon apparence. L'acceptation est totale. Au niveau sensoriel, je dirais que le fist offre la sensation de repousser les limites de ce que mon corps peut faire (tout en restant dans le plaisir, je veux dire, sinon l'accouchement dépasse largement ces limites). Sur le plan psychologique, il me rappelle que lorsque je suis vraiment amoureuse et que je fais l'amour, c'est presque comme si j'avalais l'autre tout entier, comme si je ne faisais qu'un avec lui. Quand je suis amoureux, c'est un désir qui me vient souvent.



Avez-vous déjà pratiqué votre fist ?

Laissez un commentaire

Effectuez une recherche

Panier